Chrétiens d'Irak - le retour dans le pays s'amorce

Publié le par TT

Il y a 15 ans, les chrétiens d'Irak étaient plus d'un million. En 2017 il y avait moins de 200 000 ,beaucoup avaient fui le pays. La communauté internationale a tardé à réagir, un peu comme la Syrie. Aujourd'hui, dans l'un des berceaux historiques du christianisme, un retour est en train de s'amorcer timidement.

Page d'accueil Bienvenue

1) Mossoul, une ville meurtrie

Au début de juillet 2014 , ils étaient encore 3000 chrétiens à Mossoul. Fin Juillet 2014 , il n'y avait plus personne car le groupe extrémiste ultra salafiste de l'EIL ( Etat Islamique en Irak et au Levant) les ont explusés. Les Djihadistes leur ont laissé le choix : soit payer une taxe pour leur protection (la dizya) , soit renier leur foi ou bien mourir par l'épée.


2) Les Chrétiens d'Irak ont fui

Ils ont fui leurs maisons , sans rien , même leurs objets personnels sont réquisitionnés par les membres de l'EIIL ( Musulmans sunnites) . L'ONG Portes Ouvertes a proposé de faire des dons en ligne via leur site pour venir les aider financièrement . Des packs d'urgences ont été distribués qui leur permettent de vivre un mois .
L'AED ( aide aux chrétiens en détresse) fait également des actions pour leur venir en aide .
Les chrétiens d'Irak s'enfuient pour leur grande majorité vers le Kurdistan. L'ONU a déclaré que 35.000 chrétiens étaient présents à Mossoul avant le début de l'offensive. Presque tous ont fui la ville avant l'expiration de l'ultimatum. 400 familles sont arrivées dimanche 20 juillet  dans les villes de Dohouk et Erbil, au Kurdistan irakien (nord).


3) Un peu d'histoire

Gaza oblige, les événements tragiques d'Irak n'avaient pas du tout été abordés par les principaux médias français.
Extrait de l'article paru sur Dreuz info.fr
C'est au début du 20ème siècle, marqué par le génocide arménien et chaldéen perpétré par les Ottomans (résultat: 2 millions de victimes chrétiennes) que fut créée la Jordanie sur 70% de l’ancienne Palestine historique, et qu’à l’instigation de Churchill, furent dessinées, sur des territoires assyro-chaldéens, arabes, kurdes et perses, les frontières de l’Irak actuel
C’était provisoirement calmer le jeu des revendications nationalistes arabes, au prix injuste de l’oubli des Kurdes et de leur ancien territoire, le Kurdistan, d’une part, mais c’était aussi acculer les chrétiens autochtones (assyro-chaldéens) à la marginalité et à la disparition progressive, d’autre part. Il avait pourtant été explicitement question de donner naissance à un état assyro-chaldéen pour assurer la survie des croyants de la région, mais la SDN en 1925 n’eut pas le courage de donner suite au projet. Le Hakkâri, bastion montagneux et inhospitalier de repli chrétien séculairement harcelé par les Kurdes fut rattaché à la Turquie.


4) Le retour des chrétiens d'Irak depuis 2017

a) Un nombre en baisse constante depuis 2003

Le nombre de chrétiens d'Irak à considérablement baissé ces dernières années et en particulier depuis l’invasion américaine de 2003. Ils étaient encore 1,4 millions il y a donc 17 ans. Ils ne seraient plus que 200.000  soit une disparition des deux tiers de la communauté.
Les chiites d'Irak ont été massacrés quotidiennement sans préavis, d'une balle dans la tête par les tueurs du califat de l’État islamique en Irak et au Levant. Les chrétiens, eux, ont eu droit à un avertissement en forme de menace de mort : les djihadistes leur laissent quelques heures pour "se convertir à l’islam, payer une taxe spéciale ou quitter la ville".
Plusieurs maisons de Mossoul ont ainsi été taguées de la lettre N pour "Nassarah", terme qui désigne le chrétien dans le Coran

b) Un retour timide depuis 2017

Des centaines de familles chrétiennes déplacées se préparent à regagner Mossoul en Irak. Elles avaient fui la ville prise par l’organisation État Islamique en juin 2014. Mossoul, au Nord du pays, garde beaucoup de cicatrices des destructions infligées par les islamistes. On peut encore lire sur les murs ces inscriptions en arabe: Terre du Califat.
Le 24 octobre 2016, l’armée irakienne libérait la petite ville de Karamles où vivaient 650 familles chrétiennes avant l’arrivée du groupe État islamique à l’été 2014. En 2017, on constatait le retour des chrétiens dans cette région.


5) La vision des djihadistes salafistes

C'est revenir à ce qui était pratiqué à l’époque du califat arabe et ottoman et à la Tradition islamique orthodoxe jamais réformée depuis le Xème siècle. D’après cet islam sunnite ultra-rigoriste, le "chrétien" ne peut être "toléré" que s’il se soumet et paie un tribut en renonçant à tout prosélytisme et en acceptant d’être exclu des ports décisionnaires puis de subir un régime inégalitaire.
Dans la sourate IX ; 29 du Coran, qui régit le statut des Dhimmis (les chrétiens et / ou les juifs "protégés" en vertu d’une soumission et d’un impôt discriminatoire), il est clairement stipulé que ces Dhimmis juifs ou chrétiens (Ahl al-Dhimma, tolérés et non pleinement acceptés), soumis à l’ordre islamique, doivent payer leur "erreur" (qui est de ne pas embrasser la "vraie foi") en étant humiliés.
Le courant djihadiste apparaît dans les années 1980, lors de la guerre afghano-soviétique ; son principal penseur est alors Abdallah Azzam, La tendance « salafiste djihadiste » se forme alors par opposition à l'alliance entre l'Arabie saoudite et les États-Unis ; la tendance fidèle au pouvoir saoudien, majoritaire, est pour sa part appelée « salafiste quiétiste »

pour mieux comprendre =>"L'Arabie Saoudite, ami ou ennemi "


6) Que peut-on faire ? 

Tout d'abord prier. Les chrétiens persécutés, par l'intermédiaire d'ONG et autres associations nous demandent de prier pour eux. Prier pour les dirigeants des pays concernés, prier pour que les violences cessent, prier pour que la foi chrétienne soit tolérée.
La carte qui mentionne les 50 pays où il y a le plus de persécutions peut nous aider .
..la carte
Ensuite, on peut fait faire aussi un ou plusieurs dons à Portes Ouvertes ou d'autres associations qui viennent en aide aux chrétiens persécutés. Pour L'Irak il y en a.
Ce n'est pas une fatalité.


7) Mai 2017 : défaite de Daesh en Irak

C'est un autre moment historique que nous avons vécu en 2017 où les forces internationales ont pu vaincre l'EI en Irak et libérer la population. Pour en savoir plus.
juin 2017 : Daesh fait exploser la mosquée de Mossoul où son chef s'est proclamé calife. Le signe de la reconnaissance de leur défaite en Irak. L'expression quotidien
Toutefois, malgré la défaite de Daech en 2017, la situation sécuritaire reste tendue encore en 2020. Les rivalités confessionnelles entre chiites et sunnites qui se manifestent sur le plan politique, au sein de la coalition au pouvoir aussi bien que dans les violences qui éclatent dans la rue entre milices

Portes Ouvertes : l'Irak en 2020

une maison d'une famille chrétienne en Irak tagguée

une maison d'une famille chrétienne en Irak tagguée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article