Israël/Iran/Etats-Unis et l'AIEA

Publié le par TT

En 2012, on parlait de plus en plus d'un conflit imminent entre Israël et l'Iran , du aux nombreuses provocations de l'ancien président Iranien qui désirait se débarrasser d'Israël. Les conflits entre Israël et les pays avoisinants n'ont jamais cessé depuis 1948, date de la constitution de l'état d'Israël. L'escalade du nucléaire iranien n'a fait qu'accentuer les tensions. Bien que des tentatives de paix aient été amorcées, soutenues par la communauté internationale et surtout par les Etats-Unis, les bruits de guerres sont dans tous les esprits, et celà n'est pas prêt de s'arrêter. Même si le nouveau président actuel, Hassan Rohani, semble plus modéré, Israël reste vigilant. ,  Le programme nucléaire iranien n'a pas cessé de faire l'actualité. Et ce sont les Etats-Unis qui petit à petit rentrent en conflit avec l'Iran.

Page d'accueil Bienvenue

Sommaire du billet:
1- Iran et programme nucléaire de 2013 à 2021
2- Chronologie des conflits israélo-arabes de 1948 à 2006
3- Chronologie des évènements entre l'Iran et les USA en 2019
4- L'état d'Israël et les prophéties bibliques
5- Le soutien de la Syrie par l'Iran, la Russie et la Chine
6- Y aura t-il un jour levée des sanctions contre l'Iran ?
7- Les pays qui ont l'arme nucléaire

tags: Iran, Israël, Nucléaire


1) Iran et programme nucléaire- de 2013 à 2021

a) L'Iran dépasse largement les limites fixées par l'accord de 2015

Janvier 2021: Le 6, l'Iran annonce reprendre l'enrichissement de l'uranium à 20% , ce qui est largement supérieur au seuil de 3.67% fixé par l'accord de Vienne avec le groupe des 6 (USA, Russie, France, Chine, Allemagne, Grande Bretagne). Différence entre U238 et U235
Décembre 2020: L'installation par l'Iran de trois centrifugeuses avancées à Natanz, principal site d'enrichissement d'uranium du pays, inquiètent la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni alors que selon les termes de l'accord sur le nucléaire iranien que Paris, Berlin et Londres s'efforcent de préserver malgré sa dénonciation par les États-Unis, l'Iran n'est pas autorisé à utiliser des centrifugeuses aussi perfectionnées.
Novembre : Selon l'AIEA (l’Agence internationale de l’énergie atomique), Téhéran continue par ailleurs à accumuler de l’uranium : la quantité d’uranium faiblement enrichi dépasse désormais de 12 fois la limite autorisée. Elle atteignait, à la date du 2 novembre, 2 442,9 kilos pour une limite autorisée à 202,8 kilos.
Novembre: Mohsen Fakhrizadeh, un scientifique iranien travaillant dans le domaine nucléaire, a été assassiné, vendredi 27 novembre, dans les faubourgs de Téhéran. Blessé par balles alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture, le chercheur a succombé à l’hôpital. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais le ministre iranien des affaires étrangères a aussitôt accusé Israël.
Juin 2020: L’AIEA annonce que le stock d’uranium enrichi de l’Iran est presque 8 fois supérieur à la limite autorisée par l’accord nucléaire de 2015 dont Téhéran a commencé à s’affranchir en mai 2019, la quantité accumulée par Téhéran atteignait 1 571,6 kg d’uranium enrichi pour une limite autorisée à 202,8 kg.
Décembre 2019 : l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France affirment que l'Iran développe des «missiles balistiques à capacité nucléaire», violant une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, dans une lettre commune au secrétariat général de l'ONU.
Novembre : Téhéran indique produire désormais 5 kg d'uranium faiblement enrichi par jour, plus de dix fois plus que début septembre. Le 7, le régime relance ses activités d'enrichissement d'uranium, jusque-là gelées, dans l'usine de Fordo. C'est la quatrième phase du plan de réduction des engagements iraniens.
septembre  : l'Iran annonce avoir mis en route des centrifugeuses avancées devant augmenter son stock d'uranium enrichi, une nouvelle étape de son désengagement de l'accord sur le nucléaire de 2015. Par ailleurs, depuis mai, l'Iran a augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord, et enrichit ce minerai à un niveau supérieur au plafond autorisé.
Juillet 2019 : Les autorités iraniennes ont confirmé qu’elles mettraient à exécution leur menace d’enrichir l’uranium à plus de 3,67 %, limite fixée par l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, en réaction au retrait américain du pacte et au rétablissement de sanctions contre Téhéran par Washington.

b) Les Etats-Unis se retirent de l'accord nucléaire Iranien

Mai 2018 : Netanyahu affirme qu'Israël a des "preuves concluantes" d'un programme nucléaire iranien secret . Le 12 mai 2018 , les USA sortent de l'accord sur le nucléaire iranien
Octobre 2017: Donald Trump ne certifie pas l'accord sur le nucléaire iranien. Les gardiens de la révolution sont désormais classés comme "organisation terroriste" par les Américains.
Le président iranien Hassan Rohani a rappelé que "L'accord nucléaire n'est pas modifiable; tant que nos intérêts l'exigent, nous resterons dans l'accord nucléaire et nous coopérerons avec l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), mais si un jour nos intérêts ne sont pas satisfaits, nous n'hésiterons pas une seule seconde et nous réagirons."
La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni se sont quant à eux dits "préoccupés par les implications" de la décision Américaine de ne pas "recertifier" l'accord sur le nucléaire iranien.
Emmanuel Macron s'est entretenu avec Hassan Rohani pour exprimer "l'attachement de la France" à l'accord. Il envisage de se rendre en Iran, à l'invitation du président Rohani, ce qui serait la première visite d'un chef d'État ou de gouvernement français en Iran depuis 1971.
Janvier 2017 : Donald Trump va t-il modifier l'accord sur le nucléaire avec l'Iran ? article du Monde.fr

c) Un accord sur le nucléaire iranien

13 juillet 2015:  accord sur le nucléaire Iranien et levée des sanctions la suite
22 novembre 2014 : 1 an après l'accord de Genève , les négociations ont repris entre l'Iran et la communauté internationale représentée par les "5+1" que sont les 5 pays du Conseil de sécurité, les Etats Unis, la Grande Bretagne, la France, la Russie et la Chine + l'Allemagne. A en croire plusieurs spécialistes  un accord est loin d'être trouvé. En cas d'échec, c'est un nouveau conflit latent entre l'Iran et Israël qui va commencer.
22 novembre 2013 :  accord obtenu à Genève sur l'arrêt des progrès du programme nucléaire iranien. Cet accord n'a pas apaisé les relations entre Israël et l'Iran. La réaction de Netanyahou ne s'est pas faite attendre le jugeant comme une "erreur historique" ....pour en savoir plus


2) Chronologie des conflits israélo-arabes de 1948 à 2006

Le peuple juif, dispersé depuis la destruction de Jérusalem en 70 ap.JC n'a jamais eu de nation propre jusqu'au 14 mai 1948 où l'état d'Israël a été officiellement reconnu. Juste après cette reconnaissance, six nations membres de la ligue Arabe ont aussitôt attaqué Israël. Malgré les différents conflits, des milliers de juifs sont revenus au pays depuis 1948.  

évenements des conflits entre Israel et l'Iran  de 1948 à 1975

évenements des conflits entre Israel et l'Iran de 1948 à 1975

Quelques nations arabes, la Lybie, l'Iran, la Syrie, le Liban (Hezbollah) et même l'Egypte jusqu'à l'accord de paix avec Sadate ( 1978) ont désiré la destruction de l'état d'Israël. Yassar Arafat, chef de l'OLP, a même déclenché des attentats terroristes à travers le monde, visant des juifs israliens pour l'autonomie et la libéralisation de la Palestine .
Mais jusqu'à maintenant, Israël a tenu bon, bien que soutenu par les Etats-unis, elle s'est souvent défendue seule contre les attaques de ses pays voisins.

évenements des conflits entre Israel et l'Iran de 1975 à 2006

évenements des conflits entre Israel et l'Iran de 1975 à 2006

Depuis 2007, plusieurs attaques d'Israël contre la bande de Gaza, en réponse aux attaques du Hamas. Quelques attaques d'Israël ont été jugées "disproportionnées" par les Nations unies ce qui laisse à penser qu'Israël est de plus en plus isolée sur la scène internationale.

L'avis d'Israël sur l'intervention de Donald Trump du 13 octobre 2017
Nucléaire Iranien vu d'Israël: par Courrier International

S'attend-on à une 3ème intifada (après celle de 1987 et celle de septembre 2000) suite à la décision des Etats-Unis de déplacer leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem


3) Chronologie des événements entre l'Iran et les USA en 2019

Avril : Washington place les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime iranien, sur sa liste noire des «organisations terroristes étrangères». La force Al-Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens, est également placée sur cette liste.
Mai : l'Iran décide de cesser de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi, des mesures prévues dans le cadre de l'accord international de 2015 visant à limiter son programme nucléaire.
Juin : les Gardiens de la Révolution annoncent avoir abattu un drone américain qui avait «violé l'espace aérien iranien». Le Pentagone affirme qu'il se trouvait à 34 km des côtes iraniennes et n'avait «à aucun moment» violé l'espace aérien iranien. Le lendemain, Donald Trump affirme avoir annulé à la dernière minute des frappes contre l'Iran pour éviter un lourd bilan humain
Septembre : Le 14 septembre, des attaques contre des infrastructures pétrolières majeures en Arabie saoudite sont revendiquées par les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran. Téhéran, qui dément, est accusé par Washington mais aussi par Ryad, Berlin, Londres et Paris d'être derrière les attaques. Le 20, Donald Trump annonce des sanctions contre le système bancaire iranien, «les plus sévères jamais imposées à un pays».
29 décembre : au moins 25 combattants pro-Iran sont tués près d'al-Qaïm, à la frontière irako-syrienne, dans des raids de représailles américains contre des factions irakiennes soutenues par l'Iran. Une réponse aux salves de roquettes qui se sont abattues depuis plusieurs semaines sur des secteurs où sont basés des soldats et des diplomates américains. Non revendiquées, elles ont tué le 27 décembre un sous-traitant américain et ont été attribuées par Washington aux forces pro-Iran.
3 janvier 2020 : le puissant général iranien Qassem Soleimani, émissaire de la République islamique en Irak, ainsi qu'un dirigeant pro-iranien, sont tués dans un raid américain à Bagdad. La frappe a été décidée par Donald Trump, qui a lui-même donné l'ordre de «tuer» le chef de la force Al-Qods.


4) L'état d'Israël et les prophéties bibliques

La reconstitution de l'état d'Israël, comme la renaissance de la ville de Jérusalem ainsi que le retour des juifs dans leurs pays font l'objet de multiples références dans la Bible.
Aucune autre nation de l'histoire n'a cessé d'exister pendant des siècles pour revenir ensuite reprendre sa place comme nation sur la scène internationale. La parabole du figuier racontée par Jésus nous dit ceci :
Matthieu 24 : 32-34 " instruisez vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le fils de l'homme est proche, à la porte. "
Ce verset est tiré du chapitre 24 de Matthieu qui relate la fin des temps .
Jérémie 24 :1-6 nous montre bien que les figues représentaient Israël. Ces paniers de figues indiquent qu’il y a en Israël des personnes bonnes et d’autres mauvaises, et que Dieu donnera aux unes et aux autres le salaire qu’elles méritent, comme il le fera aussi pour tout autre peuple. 
Il est d'avis de la plupart des commentateurs que la reconnaissance de l'état d'Israël en 1948 marque le début de "la fin des temps" même si cette période peut durer encore très longtemps


5) Le soutien de la Syrie par l'Iran, la Russie et la Chine

L’Iran, la Syrie, la Russie et la Chine planifient le « plus grand jeu de guerre de tout les temps au Moyen-Orient » selon une information non-confirmée, publié par l’agence de propagande iranienne FARS. carte moyen orient et chine
Il n'est pas rare de voir dans la presse l'association de ces quatre nations. Quand on sait que l'Iran et la Syrie sont hostiles à l'existence d'Israël, on imagine les conséquences d'un soutien de la Russie et de la Chine à ces deux pays.
Le livre d'Ezechiel , chapitres 38 et 39 , nous relate une vision prophétique. Les peuples du "septentrion" (le grand nord) viendront l'attaquer avec une mention de la tribu de Mechek et Toubal ( quelque part en Russie). En fait plusieurs nations sont citées, Magog ( Russie), Perse (Iran, Irak, Afghanistan), Ethiopie (Ethiopie et Soudan), Lybie, Gomer ( Europe de l'est) et Togarma (Turquie).
Il sera donc inévitable qu'une guerre mondiale sera déclenchée, tous ces pays, à forte conotation islamique et communiste, voulant la destruction d'Israël.


6) Y aura t-il un jour levée des sanctions contre l'Iran ?

Marginalisé depuis la révolution islamique de 1979, l'Iran pourrait, en cas d'accord, réintégrer la communauté internationale et devenir, à moyen terme, un nouveau partenaire stratégique pour Washington. Ce rééquilibrage dans la politique étrangère américaine au Moyen-Orient aurait été possible. Mais les récents événements liés à l'Uranium enrichi contrecarrent cette perspective.
La lutte commune contre l'État islamique, l'élection de Hassan Rohani à la présidentielle iranienne, la perspective d'une indépendance énergétique pour les États-Unis, mais aussi leur volonté de se désengager du Moyen-Orient sont autant de raisons qui amèneraient les deux capitales à vouloir se rapprocher, après 36 années marquées par une profonde méfiance réciproque.
Mais la perspective de ce rééquilibrage déplaît très fortement aux deux plus fidèles alliés des États-Unis dans la région : Israël et l'Arabie saoudite. Les deux États n'ont cessé de critiquer la possibilité d'un accord sur le nucléaire en raison des conséquences que celui-ci aurait sur la région. Au-delà de leurs déclarations incendiaires sur le danger d'un Iran possédant la bombe atomique – un danger qui, selon tous les experts, serait totalement écarté en cas d'accord – c'est plutôt les nouveaux moyens offerts par la levée des sanctions qui inquiètent Riyad et Tel-Aviv. La fin de l'embargo sur l'Iran permettrait à Téhéran de récupérer une manne financière conséquente notamment grâce à la vente de son pétrole. Israël, tout comme l'Arabie saoudite, craint que l'Iran utilise cet argent pour alimenter – encore plus qu'il ne le fait déjà – ses guerres par procuration sur différents fronts : à Gaza, en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban.


7) Les pays qui ont l'arme nucléaire

Plusieurs pays ont signé le traité sur la non prolifération des armes nucléaires (TNP) sauf l'état d'Israël entres autres.
Liste des états dotés de l'arme nucléaire (EDAN)

Savez vous qui détient l'arme nucléaire ?

traité de non profilération nucléaire

traité de non profilération nucléaire

Publié dans Geopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

moguin 23/06/2019 07:40

Il me semble que l`Iran n`a encore envahi aucun autre pays ,contrairement aux USA qui eux ont beaucoup de sang sur les mains ,a cause notamment de leurs ingerences criminelles aux quatre coins du monde ! De ce fait je pense sincerement que le verset de Jesus " celui qui vivra par l`epee ,sera juge par l`epee " s`applique parfaitement aux USA qui vont recolter ce qu`ils ont seme .C`est a dire la violence qu`ils ont seme ,d,une part a cause de leur invasions ,de leur politique ,de leur films et autres propagande de cowboys justicier .

Thierry T 09/01/2020 08:04

Vous avez totalement raison . L'Iran n'a envahi aucun pays. Dans le conflit Irak-Iran , en 1980, c'est l'Irak qui a voulu envahir l'Iran. Nous vivons plus des guerres "souterraines" avec l'augmentation du terrorisme que des guerres entres états. Les USAsont , certes des cow boys , mais quelques fois je me dis que sans leurs interventions, il y aurait peut être plus de violences sur la planète. ( je ne parle pas spécifiquement de l'Iran dans cette remarque)