Elections 2022 - quelques thèmes de la campagne

Publié le par TT

Les élections présidentielles de 2022 sont proches. L'occasion pour moi de rassembler quelques thèmes qui se sont invités dans la campagne et qui me sont chers. En passant au crible chacun des 10 thèmes que j'ai sélectionné , je propose à la fin de chacune de mes analyses le choix d'un candidat. A la fin de l'article je fais mes comptes.


1- Rapport entre l'état et les religions

En 2018, l'exécutif avait annoncé vouloir amender la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Le volet « droit des cultes » de la loi contre le séparatisme votée à l’été 2021 a acté notamment la possibilité pour des associations cultuelles de posséder des immeubles affectés au culte afin d'en tirer des revenus locatifs.
Laïcité et respect des religions un article qui explique ce qu'est la laïcité.

a- La France insoumise :
Interdire le financement public d’édifices religieux
Le candidat de La France insoumise propose d'interdire « tous les financements publics d’édifices religieux, d’activités cultuelles et d’établissements confessionnels ». Il veut aussi interdire aux élus, ministres et préfets d’assister à des cérémonies religieuses au titre de leur fonction et refuse l’attribution du titre de chanoine de Latran au président de la République. Il compte aussi abroger le concordat d’Alsace-Moselle et les statuts spécifiques en outre-mer.
b- Reconquete :
Interdire le port du voile et de la kippa
Réclamant « l'assimilation », le candidat d'extrême droite souhaite « acter le principe de discrétion religieuse dans l’espace public », notamment avec l'interdiction du port du voile islamique dans l'espace public, ainsi que de celui de la kippa. Il entend aussi interdire la contruction « de minarets et de mosquées imposantes ».
c- Le rassemblement national :
Interdire les tenues ou signes religieux ostentatoires dans l'espace public.
Fin janvier 2021, la candidate du Rassemblement national affichait sa volonté d'interdire les tenues ou signes religieux ostentatoires dans l'espace public, ainsi que le voile dans les rues.
d- Les républicains :
Interdire le port du voile pour les accompagnatrices scolaires
L'élue de droite veut interdire le port « du voile forcé », le port du voile pour les accompagnatrices scolaires (en déployant des assistants du service scolaire afin de ne pas priver les enfants de sortie), et le burkini dans tous les espaces de baignade. Elle déclare dans Elle, le 2 février 2022, vouloir mettre en place une amende « dissuasive » pour les parents de filles de moins de 15 ans qui seraient voilées.
e- Groupe des verts/ alliance libre Européeenne :
Respecter scrupuleusement la loi de 1905
Yannick Jadot affirme qu'il « respectera scrupuleusement la loi de 1905 sur la laïcité ». Il compte aussi rattacher les cultes au ministère de la justice plutôt qu'à celui de l'intérieur.
f- Parti communiste français
Réformer l'« anomalie » du concordat d'Alsace-Moselle
Fabien Roussel compte « réhabiliter solennellement l’idéal de laïcité » et veut ouvrir un débat sur le Concordat en Alsace-Moselle « avec les collectivités et les populations concernées pour s’engager dans un processus de sortie de ce régime ».
 
Ma décision:
Au regard de l'article Laïcité et respect des religions et des propositions de chacun des candidats dans ce sens , je me rapproche plus de celles d'E.Macron et de Yannick Jadot

2- GPA et PMA

GPA et PMA, comme les mariages homosexuels , sont des sujets que j'aborde dans l'article suivant "le mariage pour tous" . Des sujets d'éthique qui divisent la société civile même si on veut éviter de le reconnaitre.

a Reconquête
Abroger la PMA pour toutes
L'ancien chroniqueur de CNews promet d'abroger la PMA pour toutes s'il est élu ; elle sera réservée aux couples « homme-femme » souffrant d’une infertilité médicalement constatée. Concernant la GPA, il prône son interdiction et souhaite réprimer pénalement son recours à l’étranger, « en interdisant sa publicité et la délivrance de visas pour des enfants nés selon cette pratique ainsi que la retranscription à l’état civil de leurs actes de naissance ». Il promet d''« oeuvrer à l’échelle européenne et mondiale pour l’abolition de la GPA »
b- Le rassemblement national
Renforcer l'interdiction de la GPA
Marine Le Pen souhaite renforcer l'interdiction de la gestation pour autrui (GPA) et refusera de reconnaître la filiation des enfants nés à l’étranger par cette pratique médicale.
c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne :
Reconnaître automatiquement la filiation des enfants nés de GPA à l'étranger.
Le candidat vert prône « la reconnaissance automatique de la filiation des enfants nés de GPA à l'étranger pour les deux parents ».
d- Parti communiste français
Assurer l’accès à l’adoption et à la procréation médicale assistée pour toutes
Fabien Roussel souhaite que l’accès à l’adoption et à la procréation médicale assistée (PMA) soit assuré pour toutes. Toute discrimination liée à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre sera sanctionnée par la loi.
e- La France insoumise
Rembourser la PMA pour toutes les femmes, mais refuser la GPA
Le candidat de gauche veut établir la filiation par reconnaissance comme principe par défaut. Il souhaite rembourser la procréation médicalement assistée (PMA), et la rendre accessible aux personnes trans. Il refuse cependant la gestation pour autrui (GPA) et souhaite « constitutionnaliser la non-marchandisation du corps humain ». Il propose aussi d'ouvrir l’adoption plénière à tous les couples mariés ou pacsés.
f- La République en Marche
Emmanuel Macron n’a pas changé d’avis : il ne souhaite pas que la gestation pour autrui (GPA) soit mise en œuvre. En revanche, il compte maintenir les procédures d'adoption pour les enfants conçus par GPA à l'étranger.
g- Les républicains
Elle se déclare, dans Elle, en accord avec la PMA sans raison médicale si l'enfant peut accéder à ses origines à 18 ans, mais elle est fermement opposée à la GPA.
 
Ma décision:
Au regard de l'article "le mariage pour touset des propositions de chacun des candidats dans ce sens , je me rapproche plus de celles d' Eric Zemmour


Les candidats à l'élection présidentielle 2022

Les candidats à l'élection présidentielle 2022


3- Précarité énergétique

De nombreux ménages peinent à se chauffer ou à se déplacer en raison de la hausse des matières premières (pétrole, gaz…), auxquelles s'ajoutent les diverses taxes sur l'énergie.
Dans mon article "l'extrême pauvreté" , un constat sans appel de la pauvreté en France et une analyse du quotidien de ces personnes avec une simulation en chiffres. L'augmentation du carburant , du gaz et de l'électricité vient creuser encore un peu plus cette précarité. Lire aussi précarité et pauvreté en chiffres. 

a- La France insoumise

Autre mesure de sa « loi d'urgence sociale », le blocage des prix des produits de première nécessité, dont ceux du gaz, de l’électricité et de cinq fruits et légumes. Il compte aussi « garantir la gratuité des premières quantités d’eau et d’énergie, et instaurer une tarification en fonction des usages ».

b- Parti communiste français

M. Roussel prône la réduction de la TVA sur la consommation d'électricité et de gaz à 5,5 %. Il veut porter le chèque énergie à 700 euros minimum par an, « avec interdiction des coupures d’énergie pour les personnes en état de précarité énergétique ».

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne :

Pour lutter contre la hausse des prix de l'énergie, Yannick Jadot propose d'augmenter à 400 euros le chèque énergie pour 6 millions de Français.

d- Le parti socialiste

La candidate socialiste souhaite baisser la TVA pour les particuliers sur leur facture de gaz naturel et d’électricité. Elle souhaite également le faire « transitoirement » pour les carburants en cas de flambée des prix.

e- Les républicains

Valérie Pécresse compte simplifier la taxation de l’électricité, en supprimant la « taxe sur la taxe », la TVA qui s’applique aujourd’hui sur d’autres taxes sur l’électricité, et réformer le tarif régulé, pour que les Français « profitent pleinement » de la compétitivité de l’énergie nucléaire.

f- Le rassemblement national

La candidate du RN propose de baisser la TVA de 20 % à 5,5 % sur les produits énergétiques (gaz, électricité, carburants et fioul) en les considérant comme des biens de première nécessité.

g Reconquête

Le candidat souhaite « faire rembourser par les entreprises 50 % des frais de carburant de leurs salariés pour les trajets domicile-travail ». La limite est fixée à « 40 euros par mois et s'il n'existe pas d'alternatives de transport en commun ».

Ma décision:

Pas de doute, on voit très bien la différence entre les partis de gauche et ceux de droite. Depuis 2020, plus de 10 millions de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté , comme le signale précarité et pauvreté en chiffres.  Et donc, les mesures doivent concerner à minima cette tranche de population et non pas l'ensemble de la population. Augmenter les aides pour des personnes dont les revenus sont faibles est une meilleure mesure que baisser la TVA qui cible l'ensemble de la population même les plus aisés.
Pour ce thème , je me rapproche plus donc de Yannick Jadot à l'unanimité.


4- Dette publique

Le gouvernement prévoit une dette publique supérieure à  115 % à la fin 2021, un montant record lié au choix de soutenir l'économie pendant la crise sanitaire. Sans aborder frontalement la question de son montant, plusieurs candidats critiquent la façon dont cet argent est dépensé.
Pour mieux comprendre la dette publique en France.

a- La France insoumise

Le député insoumise prône la mise en place d'« un circuit du Trésor pour sortir la dette publique de la main des marchés financiers ». Il compte aussi lancer « un audit citoyen de la dette publique pour  préparer un réaménagement négocié de la dette publique ». Enfin il souhaite « retirer la dette Covid des comptes de la Sécurité sociale ».

b- Parti communiste français

Fabien Roussel souhaite que la France convoque une conférence européenne sur la dette et « refusera de faire payer aux peuples » les dettes liées au Covid-19

c- Les républicains

La candidate veut baisser les dépenses publiques avant de réformer la fiscalité. Elle estime pouvoir réaliser d'ici la fin de son mandat 45 milliards d’euros d’économies par an grâce aux réformes des retraites, du chômage et de la débureaucratisation, aux nouvelles politiques de lutte contre la fraude fiscale et sociale, et à la révision systématique des subventions au regard de leur efficacité. Son objectif est de ramener la dette vers 100 % du PIB en dix ans.

d- Le rassemblement national

Dans une tribune à L'Opinion en février 2021, la candidate du RN a expliqué que, pour elle, « une dette doit être remboursée. Il y a là un aspect moral essentiel ». Elle prône « une plus forte détention de la dette publique française par les investisseurs français, particuliers ou institutionnels [plutôt que privés], tout en préservant la diversité souhaitable des investisseurs ».

Peu de candidats mettent à leur programme une amélioration de la dette publique. Car cette dette n'a cessé d'augmenter et leurs prédécesseurs s'étaient engagés finalement sur des promesses jamais tenues. Déjà rien que la dette 2020 a augmenté de plus de 200 milliards d'euros versus celle de 2019, crise sanitaire oblige. Et Valérie Pecresse qui nous promet une économie de 45 milliards d'euros / an, ce qui fait qu'à la fin de son mandat elle n'aura pas récupéré la dette provoquée par la crise sanitaire. Une hypocrisie totale. Pour savoir plus sur les chiffres de la dette publique => La dette publique en France.
La proposition du RN me semble honnête ; comme celle de la France insoumise. Les parties extrêmes , à mon avis, feront moins de "cadeaux" que les partis conventionnels. Je me rapproche donc plus de Marine LePen et Jean Luc Mélenchon.


5- Lutte contre la fraude fiscale

Malgré des perturbations dans les contrôles en raison de la crise sanitaire, la lutte contre la fraude fiscale a rapporté près de 7,8 milliards d’euros aux finances publiques en 2020.
La corruption a toujours gangréné les économies mondiales. La corruption est la première cause de la faim dans le monde et semble être l'origine de plusieurs maux de notre société. Lire la corruption dans le monde.

a- La France insoumise

Le candidat « insoumis » entend mettre fin à la convention judiciaire qui permet aux entreprises de négocier leur sanction financière en cas de fraude fiscale, et de durcir les sanctions à l’encontre des criminels reconnus coupables de fraude fiscale. Il propose aussi de « doubler les effectifs des services qui luttent contre les infractions financières et supprimer réellement le verrou de Bercy ».

b- Parti communiste français

Pour « assécher les paradis fiscaux », le communiste vise à instaurer « un serpent fiscal européen » assurant un taux minimum d'imposition des banques et des multinationales à 25 %. Sans plus de détails, il assure vouloir recruter massivement des fonctionnaires dans l’administration pour lutter contre la fraude fiscale.

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Yannick Jadot assure qu'il souhaite « renforcer les moyens dans la lutte contre la fraude fiscale par plus de transparence sur les flux de capitaux et par des taux minimum de taxation au niveau européen ».

d- Le parti socialiste

La candidate du PS compte renforcer les obligations de transparence fiscale des multinationales, et propose d’augmenter le contrôle du Parlement sur la liste européenne des paradis fiscaux. Elle défend aussi une fiscalité des multinationales plus forte afin de parvenir à un taux minimal d’imposition qui soit supérieur au taux de 15 % de l’accord de 2021 de l’OCDE.

e- Les républicains

La candidate a mentionné de « nouvelles politiques de lutte contre la fraude fiscale » dans son programme mais n'a pas évoqué plus de détail pour l'instant.

f- Le rassemblement national

Dans son programme, la candidate prévoit de « créer un ministère de la lutte contre les fraudes (fiscales, aux cotisations et prestations sociales, aux importations, ententes, etc.) », sans préciser quelles seront ses attributions.

Les seuls candidats qui ont mentionné les paradis fiscaux sont Fabien Roussel et la candidate du PS comme le mentionne mon article la corruption dans le monde.


6- Baisse des émissions de CO2

La concentration de CO2 dans l'atmosphère n'arrête pas d'augmenter et nos émissions de CO2 ne partent pas à la baisse malgré les bonnes intentions de beaucoup de pays de la planète. Plusieurs articles de mon blog traitent de ce sujet . Asphyxie planétaire , effet de serre et réchauffement climatique, l'empreinte carbone.

a- La France insoumise

Le candidat de gauche propose de baisser de 65 % les émissions de gaz à effet de serre en 2030, soit davantage que l'objectif de 40 % fixé actuellement.

b- Parti communiste français

Le communiste veut élaborer un projet d'investissement pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, « avec une forte croissance de la production électrique, en investissant dans les énergies renouvelables (le solaire, l’éolien et surtout l’hydraulique) et dans l’électricité nucléaire avec la construction d'au moins six EPR ».

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Avec ses propositions, Yannick Jadot veut « réduire l’empreinte carbone de la France de 55 % d’ici 2030 en vivant mieux et atteindre la neutralité carbone en 2050 ».

d- Le parti socialiste

La socialiste souhaite présenter, au début de son mandat, un pacte énergétique pour atteindre « aussi rapidement que possible 100 % d’énergies renouvelables ». La maire de Paris propose aussi de développer les activités de reconditionnement d’équipements électroniques, et les faire bénéficier d'un taux réduit de TVA.
Son programme prévoit un plan de relocalisation des activités économiques permettant de réduire de 50 % les émissions de CO2 du secteur industriel d’ici à 2035. Elle compte également créer un fonds pour la réindustrialisation et l’emploi local doté de 3 milliards d'euros pour aider temporairement les entreprises en difficulté relevant d’industries d’avenir ou stratégiques.

e- La république en Marche

Emmanuel Macron souhaite que la France soit « la première grande nation à atteindre la neutralité carbone ». Cette stratégie repose sur une réduction de la consommation, le « déploiement massif » d’énergies renouvelables et la mise en œuvre immédiate d’un nouveau plan de construction de réacteurs nucléaires.

e- Les républicains

La candidate des Républicains fixe comme objectif l'émission zéro carbone en 2050. Ne croyant pas en « l'écologie punitive », elle veut des incitations financières « plutôt que les taxes » pour décarboner la consommation des ménages. Elle souhaite qu’en 2035 plus aucun véhicule neuf ne fonctionne qu’avec des énergies fossiles, et qu'en 2040 tous les véhicules neufs s’en passent complètement. Elle compte aussi remplacer les transports en commun fonctionnant au diesel par des transports propres.

a Reconquête
Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, Eric Zemmour prône l'interdiction des exportations de bois brut n’ayant subi aucune transformation « afin de favoriser la création de valeur ajoutée sur notre sol et d’éviter leur transport extrêmement polluant ». Le candidat exige aussi la mise en place au niveau européen de la taxe carbone aux frontières. Enfin, il veut privilégier les circuits courts en augmentant la part des produits locaux dans la restauration collective.
 
Pour ce qui concerne la baisse des émissions de CO2, force est de constater, qu'une fois de plus, celà n'est pas le thème principal de nos candidats. L'urgence climatique n'est pas , à priori, leurs priorité. Seuls deux candidats sortent du lot en matière de propositions, Yannick Jadot et Jean Luc Mélenchon. ( d'accord avec l'analyse de Libération.)


7- Passoires thermiques

Les logements présentant une consommation d’énergie supérieure à 450 kilowatts-heure par mètre carré et par an sont considérés comme « indécents » d'un point de vue énergétique et interdits à la location à partir de 2023 ; le seuil maximum évoluera à la baisse par la suite. Environ 5 millions d'habitations seraient des « passoires thermiques ».
Diminuer son empreinte carbone dans sa maison fait l'objet de mes objectifs et chacun peut s'y engager. Mais celà coute de l'argent et il faudra donc des aides pour une parties de la population.

a- La France insoumise

Jean-Luc Mélenchon entend obliger la rénovation des « passoires thermiques » et de l'habitat indigne et insalubre avec un grand plan de rénovation des logements. Il compte rendre obligatoire un « permis de louer » dans toute la France, réquisitionner les logements vides et les remettre sur le marché dans des conditions qui respectent les critères du logement décent.

b- Parti communiste français

M. Roussel demande une loi pour obliger à la « rénovation énergétique des logements d’ici à 2040 » et à la « rénovation globale des passoires thermiques d’ici à 2030, sans reste à charge pour les plus modestes, en y consacrant 10 milliards d’euros par an ».

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Le candidat écologiste souhaite mettre en place un reste à charge zéro sur la rénovation thermique pour les ménages modestes. Les entreprises et les administrations auront également l'obligation d’atteindre une baisse de leur consommation finale d’énergie de 50 % en 2030.

d- Le parti socialiste

La candidate du PS veut instaurer une « prime climat » pour favoriser la rénovation énergétique des bâtiments et permettre « la rénovation complète » de 760 000 logements privés par an, soit 22 millions de logements d’ici à 2050.

e- La république en Marche

Se félicitant d'avoir « réussi en 2021 à financer la rénovation 650 000 logements », grace à l'aide "maprimrenov", le président sortant se fixe un objectif de « 700 000 logements par an rénovés » tout au long du prochain quinquennat, s'il est élu.

f- Le rassemblement national

Marine Le Pen compte allouer les 25 milliards d'euros prévus pour les éoliennes en mer à des subventions pour le remplacement de chaudières au fioul. Elle prône aussi un produit d’épargne « Logement vert », pour financer la rénovation lors d'un achat.

a Reconquête
Eric Zemmour souhaite « investir dans l’isolation des bâtiments (résidentiel et tertiaire) pour en finir avec les passoires thermiques », sans toutefois préciser les modalités d'application de cette mesure.
 
Pour en savoir plus
La rénovation énergétique dans les logements est un vaste chantier et Emmanuel Macron l'a initié en 2021, un peu trop tard mais il l'a fait. Ce n'est donc plus une vaine promesse en ce qui le concerne. Yannick Jadot sort aussi du lot en y incluant les administrations publiques .


8- Alternatives aux pesticides

Selon un rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, au moins six pathologies graves (Parkinson, cancers, troubles respiratoires…) sont liées à une exposition professionnelle aux pesticides.
Il est indéniable que durant cette dernière décennie, et à cause de l'usage de certaines pesticides , comme les néonicotinoïdes, les abeilles disparaissent et leurs colonies diminuent. Beaucoup d'associations alertent. Pour en savoir plus , lire les hommes, les abeilles et les pesticides.

a- La France insoumise

Le candidat « insoumis » propose de planifier la réduction progressive des doses d’engrais et de pesticides, et d'interdire immédiatement les plus dangereux (glyphosate, néonicotinoïdes).

b- Parti communiste français

Le candidat souhaite créer une agence européenne d’homologation des alternatives naturelles aux pesticides et aux insecticides et sortir de l’usage des produits chimiques, « s’ils n’ont pas fait la preuve de leur innocuité écologique ».

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Le candidat souhaite l’interdiction des néonicotinoïdes, du glyphosate, des fongicides SDHI (pour « succinate dehydrogenase inhibitor », « inhibiteurs de la succinate déshydrogénase ») et de « tous les pesticides cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens notoirement dangereux pour la santé et la biodiversité ».

d- Le parti socialiste

Partisane de l'agroécologie, la maire de Paris espère sortir de l’usage des engrais de synthèse et des pesticides « de manière rapide pour les plus toxiques », en interdisant les néonicotinoïdes pendant les cent premiers jours de son mandat. Cette politique de l’agroécologie passe également par un plan pour l’autonomie européenne en protéines végétales en 2030, et la mise en place d'une politique publique de pêche et d’aquaculture « 100 % durable ».

e- Les républicains

La candidate considère qu'il faut charger le ministère de l'agriculture de la question des produits phytosanitaires. La stratégie de culture sans produits phytosanitaires de synthèse sera refusée en l'absence d'autres solutions.

f- Le rassemblement national

Marine Le Pen propose de ne plus interdire les substances actives des produits phytosanitaires sans solution équivalente et économiquement soutenable. Par ailleurs, l’éventuelle mise en place de zones de non-traitement (ZNT) à proximité des habitations devra être indemnisée intégralement.

a Reconquête
Eric Zemmour promet de financer l'innovation en robotique agricole afin de réduire la dépendance à la main-d'œuvre étrangère et à l'utilisation des pesticides. Aussi, il souhaite financer la recherche et l'innovation en robotique agricole « pour réduire de façon réaliste et non dogmatique » l'utilisation des pesticides.
 
Là aussi, Yannick Jadot, un ancien de Greenpeace, me parait faire les constats et propositions en accord avec ses principes. L'interdiction pure et simples de certains pesticides. Greenpeace se bat depuis des décennies contre les lobbyings de grands groupes qui sont à l'origine de ces pesticides.
Car les alternatives aux
néonicotinoïdes existent.


9- Protection de l'espace marin

Mammifères, petits et grands poissons, végétaux. Au-delà de bouleverser nos écosystèmes en profondeur, la pollution des océans menace probablement d’autres espèces que nous ne connaissons pas encore. Nous risquons de voir disparaître certaines espèces avant même d’avoir eu la chance de les découvrir
La quasi-totalité des espèces de poissons et de crustacés pêchés pour la consommation auront peut-être disparu des océans avant 2050. « Sans changement, la situation actuelle laisse présager de sérieuses menaces à la sécurité alimentaire mondiale, la qualité des eaux côtières et la stabilité de l’écosystème qui affecteront les générations actuelles et futures », s’alarment certains scientifiques

Les poissons sont de plus en plus rares
Quel poisson manger sans nuire à l'environnement
 

a- La France insoumise

Le candidat promet de protéger 30 % de l'espace maritime français, majoritairement avec des réserves intégrales. En parallèle, il souhaite mettre en place une période de repos biologique, sur la zone côtière, pendant la période de reproduction de certaines espèces de poissons, compensée financièrement pour les pêcheurs.

b- Parti communiste français

M. Roussel affirme dans son programme qu'en cas d'élection la France serait à l’initiative d’un traité international de protection et de conservation des mers et océans. Le candidat ferait de ces surfaces maritimes « un bien commun » et interdirait l’exploitation minière des fonds marins.

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Yannick Jadot propose de renforcer les aires marines protégées « afin que 30 % de la zone économique exclusive française soit effectivement protégée ».

d- Le parti socialiste

L'édile socialiste aimerait inscrire dans la Constitution la protection de la biodiversité et renforcer les moyens des organismes spécifiques.

e- Les républicains

Elle se fixe comme objectif de mettre 10 % du territoire maritime national sous protection forte d’ici vingt ans. Valérie Pécresse veut aussi signer un accord avec des pays riverains de la Méditerranée pour l’éradication des rejets de plastiques en mer. Enfin, elle veut créer une « réserve écologique citoyenne » constituée de membres des associations de protection de l’environnement, ou de personnes devant réaliser des travaux d’intérêt général (TIG) pour nettoyer les espaces naturels protégés.

Greenpeace se bat depuis longtemps pour créer une réserve marine qui couvrirait 30% des océans. La protection de l'espace marin est malheureusement un problème mondial et les initiatives doivent aller au delà de nos initiatives françaises. Fabien Roussel a une vision plus mondiale que les autres candidats même si elle sera difficilement réalisable.


10- Financement de la transition écologique

La France s’est engagée à atteindre la neutralité carbone en 2050 pour essayer de limiter le dérèglement climatique.
Asphyxie planétaire et neutralité carbone

a- La France insoumise

Le candidat propose de lancer un plan massif de « 200 milliards d’euros d’investissements écologiquement et socialement utiles ». Il sera financé par le rétablissement de l'ISF et les taxes sur les entreprises polluantes.

c- Groupe des verts/ alliance libre Européenne

Le candidat propose un plan de 25 milliards d'euros par an d'investissements publics dans les infrastructures et la recherche de la transition. Les 150 milliards d'euros annuels d'aides publiques aux entreprises seront quant à elles conditionnées au respect d’engagements environnementaux et sociaux. Un impôt climatique sur la fortune devrait rapporter 15 milliards d'euros par an. Par ailleurs, M. Jadot souhaite réduire la TVA sur les produits et les services écologiques : « C’est bon pour le pouvoir d’achat et pour la planète. »

d- Le parti socialiste

La maire de Paris souhaite nommer comme numéro deux du gouvernement un ministre du climat, de la biodiversité et de l’économie. Elle propose aussi qu'un budget climat et biodiversité, voté chaque fin d’année par le Parlement, puisse fixer les programmations de réduction d’émission de CO2 et de décarbonation de la production d’énergie. Elle comte aussi élargir le fonds pour une transition juste, soutenant les territoires confrontés à de graves difficultés socio-économiques, en le dotant de moyens supplémentaires pour mieux prendre en compte l’impact social de la transition écologique.

e- Les républicains

La candidate veut fusionner le Livret A et le Livret développement durable (LDD) pour créer un Livret vert pour financer la transition écologique, les deux rassemblant près de 469 milliards d’euros. Ainsi, 120 milliards d’euros de prêts pendant le quinquennat pourraient ainsi être mobilisés pour les chefs d’entreprise développant des projets bas carbone.

Yannick Jadot, au niveau des propositions écologiques, sort du lot. L'analyse de Greenpeace est convaincante.
Analyse Greenpeace


11- Conclusion: mon vote au 1er tour

Ci- dessous la synthèse des résultats concernant les 10 thèmes que j'ai sélectionné

L'état et les religions E.M Y.J        
GPA et PMA     E.Z      
Précarité Energétique   Y.J        
Dette publique       M.Le P JL M  
Fraude fiscale           F.R
Baisse CO2   Y.J     JL M  
Passoires thermiques E.M Y.J        
Pesticides   Y.J        
Espaces marins           F.R
Transition écologique   Y.J        
TOTAL 2 6 1 1 2 2

Je voterai donc Yannick Jadot au 1er tour.
Bien sur, 5 des thématiques choisies, sont très "écolo" , et donc pas étonnant que le candidat des verts sort en premier. Quoi qu'il en soit celà rejoint mes convictions et ça tombe bien. D'autant plus qu'un thème est apparu durant la primaire des verts et depuis un peu oublié car la candidate Batho n'a pas été retenue , concept pour moi nécessaire pour une transition écologique durable , la décroissance .

Au 2ème tour, et parce que E.Macron est largement en tête dans les sondages , je voterai E.Macron ( bien que je ne sois pas 100% d'accord avec sa politique) quelque soit son adversaire, sauf bien sur si c'est Y.Jadot . Pour ce qui est de la possibilité que JL Mélenchon soit au 2ème tour , je revisiterai son programme entre les 2 tours.


Publié dans Econ-polit-social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article