Inhumation ou crémation

Publié le par Thierry T

Le choix entre « Crémation ou Inhumation » n’est pas du tout anodin depuis quelques décennies parmi les chrétiens, car le débat est âpre à cause des convictions exprimées par ceux qui proposent, soit une méthode, soit l’autre pour faire disparaître le corps d’un membre de la famille tant aimé. La décision difficile est souvent prise après des discussions émotionnelles, car les membres de la famille du défunt ne sont pas toujours d’accord pour telles ou telles raisons, surtout si le défunt ne s’est pas exprimé sur le sujet avant sa mort.

Thierry T synthèsePage d'accueilMes publications

Sommaire:
1- Crémation et inhumation
2- L'histoire de la crémation
3- La position des protestants
4- Quelques idées reçues
5- Le point de vue de quelques religions
6- Le parcours des funérailles
7- Les abus dans le secteur des pompes funèbres
8- En conclusion

NB: ce billet s'adresse plutôt à ceux ou celles qui ont une conviction religieuse et plus spécifiquement le chapitre 3. Mais en dehors de ce chapitre, il s'adresse à tous.


1) Crémation et inhumation

La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres  le corps d'un être humain mort.
L'inhumation, du latin inhumare (in humus) signifie "mettre en terre".
On parle de crémation et non d'incinération qui est réservée au traitement des déchets.
Le terme "crémation" rappelle à certains, malheureusement, l'image des fours crématoires

a) Nombres de crématoriums et processus de crémation

De plus en plus de personnes optent pour la crémation qui peut atteindre jusqu'à 50% des obsèques dans certaines régions.(En 1977, la crémation ne représentait encore que 1%)  Cette hausse significative a entrainé la construction de crématoriums, on en recense plus de 150 en France. Liste des crématoriums en France.
Le corps est placé dans un cercueil et celui-ci dans un four chauffé à 850°C ou plus. C'est la chaleur et non les flammes qui réduit en cendres le cercueil et le corps.
La crémation dure environ 1h30. Les restes post mortem sont récupérés dans un récipient. Les gros os non consumés sont broyés et la poudre d'os sera ensuite remise également dans l'urne.

b) Destination des cendres

4 destinations :

  • Dispersion au jardin du souvenir du crématorium ou d'un cimetière
  • Dispersion privée en pleine nature
  • inhumation dans un caveau familial
  • inhumation de l'urne dans un columbarium

c) La crémation dans le monde

La crémation est très pratiquée en Asie : Japon (99%), Corée du sud(70%), Chine(51%), Aux USA (42%). En Europe le taux est également relativement élevé : Suisse(85%), Royaume Uni(73%), Danemark (77%) , Allemagne(50%). Au sud de l'Europe, les pays étant plus catholiques, la crémation est plus rare mais en constante augmentation.


reposer dans une urne reposer dans une urne

reposer dans une urne

2) L'histoire de la crémation

a) De l'antiquité au III ème siècle apJC

La crémation était une pratique normale pour les Romains et les Grecs dans l'Antiquité. Croyants en l'immortalité de l'âme ils ne voyaient aucune raison d'accorder une attention spéciale au corps. Par contre, les premiers chrétiens et pour être en phase avec l'inhumation dans un tombeau (l'exemple de Jésus Christ), insistaient pour enterrer leurs morts. Pour eux, la crémation  empêcherait toute résurrection corporelle. Les lieux de sépulture ont été appelés "cimetièré" ce qui signifie littéralement "places pour dormir".

b) Du moyen-âge au 18ème siècle

Au fur et à mesure que le christianisme s'étend en Europe, depuis Constantin, la crémation est abandonnée. C'est même Charlemagne, au 8ème siècle qui interdira définitivement la crémation dans l'empire.On n'entendra plus parler de crémation jusqu'au 18ème siècle. 

c) A partir du 18ème siècle

A Paris,les cimetières en pleine ville sont de véritables foyers d'infections et les parisiens demandent l'éloignement de ces cimetières en dehors de la ville.
L'édit du roi en 1774 va accélérer l'éloignement des cimetières.
Bien que nos pays voisins sont en avance sur l'idée crématiste, ce n'est qu'à la fin du 19ème siècle que le débat prend forme en France soutenu par les mouvements athéistes et francs-maçons de l'époque.
C'est le 27 avril 1889 que la crémation est autorisée en France.


3) La position des protestants

Aux Etats Unis, lors d'une récente enquête auprès des principaux leaders évangéliques, la grande majorité d'entre eux ont indiqué qu'il n'y a pas d'objection théologique à la crémation et que leur dénomination ne s'y oppose pas.
Et pourtant 64 % des chrétiens évangéliques américains préfèrent l'enterrement du corps, 8% préfèrent la crémation(mode de séparation du corps mort) ,9% s'opposent catégoriquement à la crémation et 2% ne se prononcent pas.
Il y a sans nul doute une préférence pour l'inhumation du corps qui est ancrée dans la tradition et le symbolisme.

a) La crémation dans la Bible - les arguments contre

La pratique de la crémation telle que nous la connaissons aujourd'hui n'existait pas au moment où la Bible a été écrite.Il en ressort qu'aucun texte étudié dans son contexte n'encourage ou ne défend la crémation.

a.1 "passé par le feu"

a.1.1. Les sacrifices d'êtres humains

Deutéronome 12:31 et 18:10 , 2 Rois 16:3, 2 Chroniques 33:6 sont autant de passages bibliques qui se rapportent à des sacrifices d'êtres humains qui étaient brulés. C'était apparement les cultures païennes de l'époque.
Même Saül est passé par la crémation par son peuple. 1 Samuel 31:11-13

a.1.2 La crémation d'os longtemps après la mort .

Le roi Josias a sauvegardé les os du prophète de Bethel et a brulé ceux des faux prophètes. ( 2 rois 23:16-20 et 1Rois 13:1-3 )
Malachie 4:1-3  ....et vous foulerez les méchants, Car ils seront comme de la cendre"
Etant une abomination aux yeux de Dieu, même les nations employant la crémation étaient sévèrement jugées et punies par Dieu. Amos 2:1-2
Rempli d’un désir de vengeance insatiable qui s’assouvit même sur les morts, Moab a violé la sépulture du roi d’Édom. Nous ne savons à quelle occasion, mais il méprisait par là l’autorité établie de Dieu, quelque coupable qu’elle pût être. Violer les sépultures, en sortir les ossements, les brûler, était un acte de vengeance n’appartenant qu’à Dieu seul. Dans le cas de Josias, cet acte avait pour but de souiller les autels des faux dieux (2 Rois 23:15-17), mais il n’appartenait point aux hommes de prendre cette mesure, sauf pour obéir à Dieu. Un homme souillé avait-il le droit de juger les morts, d’autres hommes souillés comme lui?

a.1.3 La crémation involontaire ou par ignorance

Pour ce qui est des croyants qui ont subi la crémation malgré eux(incendie, bûcher,four crématoire etc..) ou qui optent pour cette solution par ignorance, sachons que "rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu Romains 8:28-39
Et les sauvés en Christ qui sont  morts en mer, brûlés dans des accidents d’avion – train – voiture – immeuble – guerre ? Que deviennent-ils, leur corps incinérés et perdus à jamais ? L’état du corps après la mort du sauvé n’a aucun effet sur son destin éternel, car inhumé, incinéré, mangé par des cannibales ou des poissons, explosé en mille morceaux, son âme et son esprit sont déjà auprès du Seigneur (2 Cor 5.7-8, la pensée étant « l’âme et l’esprit absents du corps, les deux sont présents avec le Seigneur »). L’individu aura son domicile céleste  avec un nouveau corps ultérieurement d’après 1 Thessaloniciens 4.13-18. Le destin éternel de chaque individu est fixé avant la mort.

a.1.4 Le feu dans la Bible

Les mots « incinération-crémation » sont évidemment en relation avec les mots « feu-flamme-consumation » qui signifient normalement « réduire en cendres, détruire, faire disparaître totalement par les flammes d’un feu intense ». L’image donc est sombre, sinistre, triste, angoissante.

Genèse 19.24 : La destruction de Sodome et Gomorrhe par le feu.
Genèse 38.24 : Juda avait l’intention de faire brûler sa belle-fille pour la punir.
Lévitique 20.14 : Les personnes grossièrement immorales devaient être consumées par le feu
Deutéronome 7.25 : L’Éternel commanda la destruction totale des idoles par le feu.
Josué 7.15-25 : L’Éternel a voué les corps des voleurs à la destruction par le feu après leur lapidation pour avoir commis une infamie en Israël. L’intégrité de la nation et la réputation de l’Éternel ont été souillées devant des nations païennes. Le feu est un signe de jugement.
Juges 15.6 : Ce verset raconte un acte ignoble et barbare commis par le feu contre l’épouse de Samson et son beau-père ; la haine et le feu vont souvent main dans la main.
2 Rois 10.26 : Jéhu démolit et brûla le temple de Baal, donc un acte de jugement.
Le feu sacrificiel signifiait quand même très souvent le jugement de Dieu contre le péché (Lév 1.4;4.20-35;5.5-10. La quasi-majorité des références au feu dans l’A.T. signifient « destruction », « dévastation », « ruine » (Ps 11.6 ; 97.3 ; Deut 4.24 ; 2 Rois 1.9-14 ; Éz 38.22 ; 39.6 ; 20.47 ; És 30.27, 30 ; 33.14 ; 66.15-16)

a.2 "inhumation"

Il y a des centaines de versets dans la Bible où le terme ensevelir est utilisé. Jean 19:40 nous rappelle que c'était la tradition juive. Les patriarches puis les hébreux n'ont jamais connu autre chose. Dieu les appelait à se séparer des autres peuples et à ne pas imiter leurs pratiques.

Genèse 23.3-4,17-20 ; 25.8-9 : Abraham (un exemple de foi pour nous) fut enterré, de même pour Isaac (Genèse 35.28-29) et aussi pour Jacob (Genèse 50.5)
Genèse 35.8 : Déborah, nourrice de Rébecca, fut enterrée, de même Rachel et Léa (Genèse 35.19-20 ; 49.31).
Genèse 50.2-7,12-14 : Jacob, père de Joseph, fut enterré dans une caverne.
Genèse 50.26 : Le corps de Joseph fut préparé en Égypte pour son inhumation future en Canaan (en Josué 24.32 ; il est fait expressément mention de ses « os »).
Josué 24.29-30 : Josué fut enterré.
Deutéronome 34.5-6 : Moïse fut enterré mais son sépulcre est introuvable, tandis que son frère Aaron fut enterré (Deutéronome 10.6).
Josué 24.33 : Éléazar, fils d’Aaron, fut enterré.
Juges 8.32 : Gédéon fut enterré.
1 Samuel 25.1 : Le prophète Samuel fut enterré.
2 Samuel 2.22-23, 32 : Asaël fut enterré.
2 Samuel 3.31-32 : Abner fut enterré.
2 Samuel 18.17 : Absalom fut enterré.
1 Rois 2.10 : David (type de Christ) fut enterré (cf. Actes 2.29).
1 Rois 11.43 : Salomon fut enterré.
1 Rois 15.8 : Abijam fut enterré.
2 Rois 15.38 : Jotham fut enterré.
2 Rois 21.18 : Manassé fut enterré.
2 Chroniques 16.13 : Asa fut enterré (les aromates et parfums seuls furent brûlés, pas son corps) ; lisez bien le texte, (cf. 2 Chroniques 21.19).
2 Chroniques 32.33 : Ézéchias fut enterré.
Ézéchiel 39.11-15 : Enterrements prophétiques même des ennemis d’Israël à la fin de la Tribulation.

Job 19.25-27 est un bon mot final pour clore la présentation sur la tradition biblique de l’inhumation du croyant en Dieu Créateur du corps humain et Restaurateur du vieux corps en un corps futur glorieux.
Dans le nouveau testament , il est mention très souvent de l'inhumation ( Jean Baptiste, Lazare, l'homme riche, Ananias et Saphira, Etienne.

a.3 "dispersion des cendres"

Les romains enterraient leurs urnes. Ils inhumaient les urnes ou construisaient des mausolées et autres tombeaux car ils considéraient le lieu du souvenir. Les romains ne dispersaient pas les cendres.
Cette pratique de la dispersion est utilisée en Inde mais s'est étendue partout avec l'influence du New-age et de l'athéisme.
Concernant la mort du comédien Jean Gabin du 15 novembre 1976. Paris match résumait sa carrière et révélait, avec photo à l’appui, que le corps du comédien fut incinéré et les cendres jetées à la mer loin de la côté Bretonne par son fils, membre de la Marine Nationale. Pourquoi le corps de Gabin fut-il incinéré et les cendres dispersées sur les flots de l’Océan Atlantique ? C’est l’acteur lui-même qui nous répond avant sa mort avec ces mots cités de mémoire : « Je veux que mes cendres soient jetées à la mer, afin que Dieu ne puisse plus me retrouver plus tard ». La conviction de Gabin traduit incontestablement le sentiment, voire la conviction ferme, d’une grande majorité de l’humanité que sans corps, Dieu ne peut pas les juger, car « Je ne pourrai pas être ressuscité ! »

b) La crémation et la Bible -

b.1 ) l'incarnation
Par l'acte même de l'incarnation, Jésus a démontré la valeur du corps humain. John Stott a dit" les chrétiens doivent traiter le corps humain avec un respect particulier" , parce que c'est la forme dans la quelle Dieu s'est fait chair. Howard a dit " La désintégration du corps n'est pas un processus naturel que nous sommes libres de hâter ou retarder à volonté. C'est le châtiment que Dieu a infligé au péché. Jésus lui même a été enseveli et est ressuscité corporellement d'entre les morts.

b.2) La résurrection
Une des raisons pour laquelle les chrétiens préfèrent l'enterrement est que la Bible enseignent qu'un jour ceux qui meurent en Christ seront ressuscités d'entre les morts et revêtiront un nouveau corps. La résurrection est donc bien le point de départ sur la procédure de séparation du corps.
1 Corinthiens 15:35-49 est le passage biblique le plus détaillé concernant la résurrection corporelle et le fait qu'il faut enterrer le corps.

 


4) Quelques idées reçues

a) le manque de place dans les cimetières

Le manque de place dans les cimetières nous oblige à opter pour la crémation au lieu de l'inhumation. FAUX.
Ce problème a été longtemps un problème uniquement pour Paris intra muros. Depuis Bonaparte, le creusement profond et l'étanchéité des cercueils sont normalisés permettant une salubrité publique ainsi qu'une rotation des concessions au bout de 20 ans. Rare sont aujourd'hui les cimetières proposant une concession à perpétuité.

b) l'argument économique en faveur de l'incinération

FAUX.
Si le choix se porte sur l'achat d'une case de columbarium ou si l'on inhume l'urne dans un caveau familial il y a même un surcout, celui du crématorium.
Le seul argument économique serait l'option de la dispersion des cendres qui reste l'option la moins onéreuse.

c) L'argument écologique n'est plus de mise

Quand on pense à l'énergie dépensée pour chauffer les fours en période de crise. Que dire du rejet du CO2..


5) Le point de vue de quelques religions

Le Catholicisme romain a toujours préféré, voire imposé, l’inhumation à cause de son histoire qui appuie sur le fait du témoignage des catacombes. Les chrétiens croyaient que le corps fait partie intégrale et inséparable de la personne. Le corps est le temple du Saint-Esprit (1 Cor 6.19-20), et l’enterrement est la meilleure façon d’honorer l’intégrité corporelle humaine de ce « temple ». La crémation puise son origine dans le paganisme et elle est une insulte au corps du défunt. Cependant la crémation est autorisé depuis 1963. L'inhumation des cendres est préférée à leur dispersion.
L’Anglicanisme et le Luthérianisme ont majoritairement défendu dans le passé l’enterrement qui témoigne mieux la foi en la résurrection corporelle. Or, chacun croit et fait maintenant comme il veut dans ces deux branches protestantes. Intéressante, cependant, est la conviction de l’Évêque anglican de Londres dans les années 1870 que la crémation amène aux conséquences désastreuses, exprimées par une révolution sociale (néfaste, bien entendu) ! Le pasteur luthérien Gerberding écrit en 1907 que le corps venait de la terre et son retour à la terre est « a beautiful symbolism » (un beau symbolisme), pointant vers la résurrection du corps.
L’Église orthodoxe grecque, en général, rejette la crémation mais pas d’une manière dogmatique.
Le monde évangélique est divisé de plus en plus, mais jusqu’ici, pas de « pro-crémation » qui ait pu fournir des raisons bibliques pour leur conviction.
Les Témoins de Jéhovah sont évasifs disant que la crémation n’a pas été condamnée dans l’Ancien Testament, mais il ne faut pas offenser indélicatement ses voisins donc il faut faire un choix discret.
Le Bouddhisme : l'incinération est conseillée, voire obligatoire. L'âme doit se dégager de son enveloppe corporelle.
L'islam: La crémation est interdite. Le corps est sacré et son intégrité doit être conservée. IL est promis à la résurrection.
Le Judaïsme : Les Juifs ont traditionnellement désapprouvé l’incinération. Tandis qu’au 19e et au 20e siècle, les Juifs « libéraux » permettaient la crémation ; le Judaïsme réformé accepte aussi la crémation. Les orthodoxes conservateurs juifs s’opposent à l’incinération. La crémation ne fut pratiquée en l’État moderne d’Israël qu’à partir de 2004. Une conviction juive : si le corps est incinéré toutes les cendres doivent rester dans un seul endroit, c’est-à-dire, pas dispersées par le vent ni dans la nature.


6) Le parcours des funérailles 

L'ordre chronologique du parcours des funérailles est différent entre les catholiques et les protestants.

a) chez les catholiques
Levée du corps - messe dans un lieu de culte - inhumation ou crémation

b) chez les protestants
Levée du corps - inhumation ou crémation- prédication et culte d'action de grâce au temple.
 

En effet,si l'on considère la théologie du Nouveau Testament et l'espérance de la résurrection des corps, il serait surprenant de finir ce parcours devant un trou béant dans la terre où le cercueil est déposé.


7) Les abus dans le secteur des pompes funèbres

a) Le résultat de l'enquête

L'association Familles rurales a publié en 2017 une enquête sur le secteur des pompes funèbres. Ils ont évalué 37 commerces en leur demandant à chaque fois "d'organiser les obsèques les moins chères possibles"
Selon les établissements, le prix d'une inhumation va de 862 € à 4585 € et le prix d'une crémation va de 1344 € à 4140 €.

b) Le devis encadré par un arrêté public de 2010

Le devis doit faire apparaitre 3 colonnes :
Les prestations courantes qui sont les seules obligatoires
Les options : soins de conservation, housse mortuaire, présence d'un maitre de cérémonie, la publication du décès dans la presse locale.
Les opérations effectuées pour le compte de tiers ( taxe municipale, vacation de la police)
Seules 40 % des devis sont conformes car les options ne sont pas distinguées des prestations obligatoires.
Par exemple, la loi n'impose que 4 poignées au cercueil.

c) Les devis sur internet versus des établissements locaux ou en réseaux

Les devis sur internet sont en général, curieusement, plus chers que ceux fait par les établissements funéraires. D'autres parts les devis proposés par les chaines d'établissements comme PFG ou Roc Eclerc seront plus chers que ceux des établissements locaux.


8) En conclusion

Enterrer ou brûler ? Il est bien difficile de se positionner à ce sujet car l'inhumation ou la crémation ne sont ni prescrites ni interdites.
Toutefois, on peut tenir compte des 3 analyses ci-dessous pour prendre une décision :
=> Les pères de l'Eglise affirment une opposition à la crémation en rappelant que la pratique normative de l'église est l'enterrement.
=> Alors que la Bible n'explicite pas la façon dont il faut traiter le défunt, les exemples rapportés et l'ensemble des passages concernant les obsèques ( chapitre a.1.2) semblent soutenir la position pro-enterrement.
=> Le corps est théologiquement important.
 

Extrait du Rituel catholique des funérailles:
"A ceux qui ont choisi l'incinération de leur corps, on accordera des funérailles chrétiennes, sauf s'il est évident qu'ils ont fait ce choix pour des motifs contraires à la foi chrétienne. Tout en respectant la liberté des personnes et des familles, on ne perdra pas de vue la préférence traditionnelle pour la manière dont le Seigneur lui même a été enseveli. 
Pendant longtemps, le choix de l'incinération a correspondu à une volonté de nier la foi chrétienne en la résurrection des corps. Aujourd'hui, elle est plutôt motivée par d'autres raisons. C'est pourquoi, depuis 1963, elle est tolérée. Mais l'Eglise rappelle sa préférence pour la pratique de confier le corps à la terre. Si le choix de la crémation est maintenu, l'Eglise demande qu'elle ait lieu après la célébration des funérailles, pour que les marques d'honneur soient rendues au corps et non pas à des cendres. Elle souhaite que celles ci ne soient pas dispersées pour qu'il y ait un lieu public ouvert de souvenir et de recueillement. "


Annexe N°1 : stat. nombre crémations en France
Nbre de crémations % Année
2100 0.4% 1975
20000 4% 1987
43300 8% 1992
73000 14% 1997
110000 21% 2002
121500 25% 2005
167000 31% 2011
170000   2018
stat en direct  97108 au 31/07/2019   2019

 

Publié dans on a le choix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article