Les poissons sont de plus en plus rares

Publié le par Thierry T

Supermarchés, restaurateurs et consommateurs : nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation des ressources de la mer. Surpêche, pêche durable, modes de pêche, des concepts que nous devons connaître. Les Français mangent deux millions de tonnes de poissons de mer par an !  Nous pouvons donc agir sur les filières de pêche et privilégier celles qui sont responsables.

ACTUALITES:
86% des poissons vendus en grande surface en France sont péchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités selon UFC que choisir.
Le 19 février, c'est la journée mondiale de la Baleine ; Par extension, cette journée est également consacrée à la défense et la protection de l'ensemble des mammifères marins.



2) La pêche pélagique dans le viseur des ONG

En pleine nuit, des chalutiers remontent leur filet, quand soudain, à l'intérieur, ils découvrent un dauphin pris au piège. À plusieurs reprises, les pêcheurs secouent leur filet, car le dauphin s'est emmêlé dans les mailles du chalut. Ils le remontent à bord avec le reste de leur pêche avant de repartir. Le dauphin mort restera sur le pont du bateau jusqu'au lever du jour.
Des bateaux français suivis par l'ONG Sea Shepherd. Depuis un mois, presque chaque nuit, ces militants traquent les chalutiers. Ils critiquent ces techniques de pêche industrielle et dénoncent l'inaction des pêcheurs. Dans leur viseur, la pêche dite pélagique. Les chalutiers pêchent des poissons qui sont aussi des proies pour les dauphins. Les mammifères qui les chassent se retrouvent bloqués, ne peuvent plus remonter à la surface et meurent par asphyxie. Certains coulent en mer, tandis que d'autres arrivent sur les plages.
Depuis janvier, 600 dauphins se sont échoués en France. C'est un triste record. Selon ces chercheurs qui autopsient les dauphins échoués, la pêche est la principale responsable. Chaque année, au moins 4 000 dauphins sont ainsi tués en mer. Depuis un an, les pêcheurs expérimentent des boîtiers orange, les pingers, ou répulsifs acoustiques. Ils sont accrochés aux filets. Ce bruit est censé faire fuir les dauphins.

poissons victimes de chalutiers pélagiques
poissons victimes de chalutiers pélagiques

 

Un chalutier pris en flagrant délit de capture collatérale de dauphins.

vvv


3) Les stocks de poissons et la surpêche

La quantité de ­poissons pêchés sur le Vieux Continent a été divisée par deux en trente ans. Du fait de la surpêche et de certains facteurs environnementaux, la ressource peine à se régénérer. La morue de mer du Nord et de la mer Celtique, la sole du golfe de Gascogne et de la Manche Est, pour ne citer que les espèces qui intéressent le plus la France, sont toujours au plus bas. « Sur les 124 stocks soumis à quota, 49 sont toujours en diminution, autant sont à niveau constant et seulement 29 augmentent », détaille Didier Gascuel. La plie de la mer du Nord et le merlu, dont les biomasses ont triplé depuis dix ans, comptent parmi ces espèces rescapées de la surexploitation des mers d’Europe,
Pêche et surpeche , sur le site encyclo-ecolo


4) L'aquaculture, une fausse solution ?

La plupart des poissons élevés sont carnivores : les nourrir nécessite de grandes quantités de poissons sauvages.Pour 1kg de saumon, de bar ou de daurade d'élevage il faut 4kg de farine de poissons sauvages (hareng, sardine ou maquereau).
Ce chiffre passe à 15 ou 20 kg pour 1kg de
thon rouge d’élevage.„l'élevage de poissons produit une quantité énorme de déchets de façon concentrée : l’ensemble des fermes d’élevage de saumon en Ecosse rejettent par jour autant de déjection que les 600 000 habitants d’Edimbourg,„les élevages industriels nécessitent pour éviter la transmission des maladies l'utilisation massive d'antibiotiques. Les poissons qui « bénéficient » de ces traitements se retrouvent porteurs de germes extrêmement contaminants pour les poissons sauvages
Pour nourrir les poissons en culture, il faut pêcher d'autres poissons. Au chili, 5 à 8 millions de tonnes d'anchois sont pêchés pour alimenter des poissons d'élevage.
L'aquaculture aurait pu être l'une des réponses apportées à la surpêche et aux besoins croissant de poisson. Chaque année, elle fournissait dans le monde 76,4 % des poissons d'eau douce, 68,2 % des poissons diadromes, 64,1 % des mollusques, 46,4 % des crustacés et 2,6 % des poissons d'eau de mer consommés par l'homme.
La pisciculture est une des branches de l'aquaculture qui désigne l'élevage des poissons en eaux douces, saumâtres ou salées.

chiffres clés poissons issus de l'aquaculture


5) Les produits issus de la pêche durable

Les habitudes de consommation changent et les Français préparent de moins en moins eux-mêmes le poisson frais. Les produits de la mer sont de plus en plus consommés à l’extérieur des foyers. Les restaurateurs, que cela soit la restauration collective, les restaurants ou les grands chefs, doivent s’engager à ne servir que des produits de la mer issus de la pêche durable. Les acteurs de la restauration collective peuvent, grâce aux volumes importants qu'ils consomment, peser sur la filière par des politiques d’achat responsables
Dans un pays où la gastronomie joue un rôle central, les restaurateurs et tout particulièrement les grands chefs, peuvent participer à la prise de conscience.
Le label MSC (Marine Stewardship Council) est la référence en matière de pêche durable.
Savoir consommer du poisson fait l'objet d'un autre article dans mon blog

Les circuits du poissons, de son élément naturel au consommateur

filière: les produits de la mer, de la sortie de l'eau au consommateur
filière: les produits de la mer, de la sortie de l'eau au consommateur

 

Sénégal : pilleurs des mers

 

gg


Vous avez aimé cet article, vous aimerez sans doute:
Commerce équitable et éthique chrétienne
Je veux maigrir de 10 kg
Des températures de plus en plus hautes
 

tags: surpêche, pêche durable

Publié dans Notre planète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Paul Quentin 15/04/2016 18:13

Salut,
J’aime bien ce concept de pêche durable. Perso, je trouve qu’on devrait essayer de le mettre en pratique de nos jours.