dans un train (laïcité et respect des religions)

Publié le par Thierry T

Dans le magazine "réforme" de février 2018, j'avais été interpellé par le témoignage d'un lecteur. Témoignage à la fois bouleversant et surprenant ou bien savoir choisir ses lectures à apporter dans le train si on veut éviter toutes altercations.

Sommaire:
1- Le témoignage:récit
2- La laïcité en question
3- Mon commentaire
4- Quelques déclarations d'E.Macron sur la laïcité


1) Le témoignage: récit

Ce matin de janvier, j'entre dans le transilien qui m'amène à la gare du Nord. Je m'installe auprès de cinq passagers. J'ouvre un passionnant ouvrage, dont le titre est Jésus de Nazareth, avec en couverture une magnifique descente de la croix.
Mon voisin se lève et s'installe ailleurs.
Je constate alors qu'il est en apparence arabe et comprends que ma lecture l'a gêné. Il ne dit rien.
En revanche,mon voisin d'en face, qui a la soixantaine, de "type européen" m'apostrophe : "on en a marre! Vous ne voyez pas que vous gênez les autres avec votre livre! Si vous êtes croyant, c'est votre problème. Vous pouvez lire ça chez vous; mais ici on est dans un pays laïc. C'est à cause des croyants qu'il y a les guerres et les massacres" .
Une dame très BCBG du même âge approuve ses propos.Il n'y a pas d'autres réactions dans le train. 
Le temps qui suit est pesant. Je me résous à me taire pour ne pas accentuer le malaise. Je ne lis plus. Je suis le plus gêné de tous.
Cet épisode m'a profondément marqué, j'ai été ébranlé.
La religion, est-ce comme le disent certains penseurs ou politiques une question strictement privée que le croyant doit réserver à son intimité, un peu comme un vice caché assouvi par des lectures "obscènes" ? La laïcité, n'est-ce pas au contraire le droit pour toutes les religions de s'exprimer dans la cité ? N'aurais-je pas du réagir, rouvrir le débat, même si à l'évidence, j'aurais été minoritaire et incompris ?
Le lendemain, j'ai recommencé ma lecture. J'ai pris soin de laisser la couverture du livre chez moi. J'ai composé avec les temps modernes


2) La laîcité en question

La laïcité, en France, est un principe fondamental, inscrit dans la constitution du 4 octobre 1958, qui distingue les pouvoirs publics des organisations religieuses.
Elle est érigée en liberté fondamentale par la loi du 9 décembre 1905, relative à la séparation des églises et de l'état.

Ses 3 principes et valeurs sont:
1- La liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l'ordre public.
2- La séparation des institutions publiques et des organisations religieuses. L'Etat ne reconnait ni ne salarie aucun culte.
3- L'égalité pour tous devant la Loi, quelque soit leurs croyances ou leurs convictions.
La France est donc une :
« République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

La laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une. Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public.


3) Mon commentaire 

Je connais cette personne qui a fait ce témoignage. Force est de constater que la liberté de pensée, quelle quelle soit, n'est pas aussi acceptée sur notre territoire. Etre chrétien (ou musulman ou appartenant à une autre religion) peut être l'occasion pour d'autres de nous faire taire comme si ces personnes n'avaient pas le droit d'exister ou si elles existent , elles doivent se taire ou se faire discrètes.
Dans le train, on peut lire un livre sur la vie de Napoléon ou d'Hitler, mais on ne pourrait pas lire un livre sur la vie de Jésus. On peut lire un livre d'histoire sur les croisades et les religions au moyen âge, mais on ne pourrait pas lire comment Jésus est mort puis a ressuscité le 3ème jour. Histoire ou fable, peu importe. C'est la liberté de pensée qui est en jeu. La liberté de croire.
Je suis fier d'être dans un pays laïc où en toute logique, chacun respecte la religion de l'autre. Quand on sait, que la liberté de religion, ou d'une autre religion n'est pas acceptée par beaucoup de pays et des dizaines de personnes meurent ou sont emprisonnées pour leur foi chaque jour.
Vous ne le saviez pas ?  quelques faits sur la persécution des chrétiens


4) Quelques déclarations d'Emmanuel Macron à propos de la laïcité

et suite à toutes les polémiques depuis 2018 sur le communautarisme et la laïcité.

"Dans notre pays, chacun est libre et doit être libre partout de croire ou de ne pas croire. Chacun est libre de pratiquer ou pas une religion, avec le niveau d'intensité qu'il désire en son for intérieur, parce que la laïcité, nous ne le répéterons jamais assez, c'est une liberté avant d'être un interdit (...) Elle est faite pour permettre à chacun de s'intégrer dans la vie en commun. Pas pour mener une bataille contre telle ou telle religion en particulier, pas pour exclure, pas pour montrer du doigt." 

"je ne demanderai jamais à quelques citoyens français, que ce soit, d'être modérément dans sa religion ou de croire modérément ou comme il faudrait en son Dieu", ce qui "n'a que peu de sens", mais qu'il "demandera à chacun constamment d'absolument respecter toutes les règles de la République." 

"Je ne demanderai à aucun de nos concitoyens de ne pas croire ou de croire modérément. Je ne sais pas ce que cela veut dire. Je souhaite que chacun de nos concitoyens puisse croire à une religion, une philosophie qui sera la sienne, une forme de transcendance ou pas",  Le président de la République avait défini la laïcité comme "une règle d'airain pour notre vie ensemble qui ne souffre aucun compromis, une liberté de conscience absolue et une liberté spirituelle". 


là oùla Foi coute le plus

là oùla Foi coute le plus

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article