quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après

Publié le par Thierry T

J'ai débuté 2015 en m'offrant, avec ma femme, quelques jours de dépaysement à la Guadeloupe. Pourquoi la Guadeloupe et pas la Martinique ? Tout simplement parce que j'y ai séjourné durant 3 années, de 1971 à 1974, avec des bons souvenirs pleins la tête. Ce séjour m'a permis de revoir les sites et les paysages qui ont bercé une partie de ma vie.

MES PUBLICATIONS

Sommaire:
1- Notre parcours dans l'ile de la Guadeloupe
2- Album photos souvenirs
3- La vulnérabilité de la Guadeloupe face aux changements climatiques


1) Notre parcours dans l'ile de la Guadeloupe

La logistique Un vol A/R Roissy - Le Raizet ayant été acheté par ma femme (elle s'occupe de tout) , notre arrivée à 20h30 s'est bien déroulée, le temps de récupérer notre 206 , louée pour le séjour , et nous voilà arrivé "chez nous" , un appartement loué à Dampierre (près du Gosier) à Anse Vinaigri . Le propriétaire nous a accueilli chaleureusement , prémices d'un séjour qui s'annonçait bien.

Le lendemain , la visite de la Grande terre , sur l'autre versant , en passant par Morne à l'eau et Petit Canal. Vers 10H , on s'arrête sur la plage du souffleur à Port Louis , une des plus belles plages que nous avons vues sur l'ile. . Après une petite baignade et un arrêt bronzage, on repart vers Anse Bertrand pour y déjeuner. Alzira s'est offert ce jour là des superbes langoustes . Après déjeuner , destination la pointe de la Grande Vigie , encore un site magnifique . Puis descente vers le lagon de la Porte d'Enfer où je rappelais qu'il y a 40ans nous venions nous baigner avec mes parents . A cause des modifications climatiques , beaucoup d'algues s'accumulent et l'entretien du lagon est difficile . Cependant , cet endroit reste magique.

Les derniers jours étaient plus consacrés à la détente plage et piscine , marchés . On a passé de très bonnes vacances , à la fois remplies d'émotions , de découvertes , de repos . On en a profité aussi pour passer de très bons moments ensemble . C'est bien .


2) Album photos souvenirs
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après
quelques jours en Guadeloupe - 40 ans après

3) La vulnérabilité de la Guadeloupe face aux modifications climatiques

L’OREC, l’Observatoire Régional de l’Energie et du Climat a présenté son second rapport en décembre 2018 concernant la vulnérabilité de la Guadeloupe aux changements climatiques.
"La vulnérabilité, elle est actuelle et elle augmente. Le territoire est déjà sensible et a déjà des risques qui sont avérés et en cours. On le voit avec nos plages qui disparaissent ou les habitations situées en falaises qui sont menacées. La Guadeloupe est vulnérable sur tous les aspects. Le premier enjeu, c'est la connaissance. Avant d'agir sur le changement climatique, il faut savoir où on en est et savoir où on va. On se rend compte que généralement, une fois qu'on a touché ces points on aura les réponses pour la suite. Aujourd'hui, le plus vulnérable en Guadeloupe, c'est l'aménagement. Tous nos bourgs sont près du littoral, toutes nos routes sont proches du littoral, l'élévation du niveau de la mer, ce sont les premières expositions. La suite? C'est un projet INTERREG avec la Martinique et la Dominique puisque ça coûte cher le changement climatique. Donc maintenant, c'est comment financer les actions et comment continuer à monter en compétence...avec les fonds nécessaires et les ressources nécessaires."

L’élévation du niveau de la mer résulte à la fois de la dilatation thermique des océans, de la fonte des glaciers de montagnes et des calottes polaires.Dans le cadre du projet de recherche « Conséquence du Changement Climatique dans les Antilles Françaises » (C3AF), le BRGM s’est attaché à développer trois scénarios d’élévation du niveau de la mer régionalisés, spécifiques à la Guadeloupe et à l’horizon 2100. Le scénario d’élévation régional du niveau de la mer retenu correspond au scénario RCP 8.5 (Representative Concention Pathway) construit par le GIEC et caractérisé par une absence de politiques d'atténuation au niveau global.Les résultats issus de ce scénario correspondent à une élévation du niveau de la mer estimée à +0.26 m à l’horizon 2050 par rapport à un niveau de référence correspondant au niveau marin global moyen sur la période 1986-2005.

Rapport de l'OREC, l’Observatoire Régional de l’Energie et du Climat , édition 2018

Si vous avez aimé et article , vous aimerez peut être ceux là :
Nos vacances en Corse
Périple au Languedoc-Roussilon
Raoni , préservation de l'Amazonie et des indiens
 

Publié dans mes souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alain M 18/01/2015 07:23

Superbes photos cela nous donne l'envie de repartir !!!