le mariage pour tous

Publié le par Thierry T

Une grande manifestation avait eu lieu le 24 mars 2013 à Paris. Cette manifestation est apolitique et areligieuse. La dernière mobilisation des "anti mariage pour tous" avait rassemblé plus d’un millions de personnes le 13 janvier ! 
Pourquoi j'avais manifesté ? pour clarifier le lien qu'il y aura dans les années futures entres parents et enfants . Ne pas penser qu'à soi même mais penser à l'avenir de nos enfants .

L’Eglise protestante Unie de France a ouvert le dimanche 17 mai la possibilité de bénir des couples homosexuels mariés. Après trois jours de discussions difficiles, les pasteurs protestants membres de cette obédience pourront désormais bénir les couples de même sexe. Une décision adoptée ce dimanche 17 mai, à une large majorité par le synode, qui se réunissait à Sète dans le département de l’Hérault.
Manifeste pour une lecture biblique du Mariage d’un homme et d’une femme !
L'église de Dieu en France dit NON au mariage gay
L'homosexualité et l'église

Le nombre de mariages en 2013 : 
Sur les sept derniers mois de l'année 2013, 7 367 mariages de personnes de même sexe ont été célébrés sur les 231225 mariages célébrés en 2013.
Depuis 1973, le nombre de mariages diminue peu à peu, alors que la population augmente. L’âge moyen du premier mariage augmente également: les français se marient en moyenne à 30.5 ans (femmes) et 32 ans (hommes) alors qu’ils se mariaient à respectivement à 22.5 ans (f) et 24.5 ans (h) en 1970. Les remariages représentent environ 20 % des mariages en 2013.

Comprendre l'essentiel : un résumé de cette contestation  
Je rappelle que je ne suis pas homophobe , les homosexuels comme les héréosexuels sont des hommes et des femmes créés par Dieu et sont égaux à ce titre là . Les hétérosexuels sont des "pécheurs" devant Dieu comme le sont les homosexuels , il n'y a pas de péché plus grand qu'un autre. Cependant , commencer à légaliser certains actes civils pourraient ouvrir le chemin à de nombreuses possibilités génétiques et scientifiques au regard de la procréation et de l'adoption  que nous aurons du mal à maitriser dans les années futures  . Beaucoup de scientifiques de la génétique sont également inquiets à ce sujet .
De plus ma position n'a rien à voir avec ma croyance en Dieu . Dieu est un Dieu d'amour et il accepte chacun comme il est . Nous sommes tous différents .

  la manif pour tous

 

papas

 Le résumé du projet de loi du Gouvernement 
  • Texte limité au mariage et à l’adoption. Pas de disposition sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA), mais un autre projet de loi sur la famille a été annoncé pour mars prochain, intégrant cette question très controversée.
  • Chapitre 1 sur le mariage : 1 page, modification de 7 articles du code civil. Création d’un nouvel article 143, qui n’existait pas auparavant : « Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe ».
  • Chapitre 2 sur l’adoption et le nom de famille : 2 pages, modification de 6 articles du code civil. Il s’agit principalement de dispositions techniques sur le choix du nom de l’adopté.
  • Chapitre 3 intitulé « Dispositions de coordination » : en fait le plus important en volume, avec 16 pages, 185 passages modifiés dans environ 150 articles de loi. Il s’agit essentiellement de remplacer les mots « père » et « mère » par « parent », ou des expressions similaires (« mari et femme » par « époux », etc). Le principal code concerné est le Code civil, avec 109 passages modifiés dans 90 articles.
  • Chapitre 4 intitulé « Dispositions diverses » : 1 page, textes d’adaptation pour l’Outre-mer et pour reconnaître rétroactivement le mariage impliquant un étranger.


Rappel de la procédure législative :

  • Un projet de loi déposé par le Gouvernement est en principe examiné deux fois par l’Assemblée nationale et par le Sénat.
  • Puis une commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs) est chargée d’élaborer un compromis, pour que le texte soit approuvé par les deux chambres dans les mêmes termes.
  • Si le Conseil constitutionnel est saisi (par 60 députés ou 60 sénateurs), celui-ci se prononce sur la conformité de la loi à la Constitution.
  • Si la loi est déclarée conforme à la Constitution, en tout ou en partie, elle est promulguée par le Président de la République.

 

 

Le grand public parle de PMA pour procréation médicalement assistée tandis que les médecins utilisent plutôt l'acronyme AMP pour assistance médicale à la procréation. Les deux termes désignent la même chose, à savoir les techniques médicales consistant à manipuler spermatozoïdes et/ou ovules pour aboutir à une fécondation et aider un couple infertile ou une femme à avoir un enfant.

La PMA comprend l'insémination artificielle qui consiste à introduire artificiellement le sperme du conjoint ou d'un donneur au niveau du col de l'utérus ou dans la cavité utérine de la femme pour aboutir à la fécondation d'un ovule. Elle comprend aussi la fécondation in vitro (FIV) qui consiste à recueillir ovules et spermatozoïdes, à procéder à une fécondation artificielle pour ensuite à introduire le(s) embryon(s) obtenu(s) dans l'utérus de la femme.

L'Agence de la biomédecine, l'organisme public qui gère la PMA en France, a recensé pour l'année 2014 : 143.778 "tentatives" de PMA dont 95% réalisées avec les spermatozoïdes et ovules des deux membres du couple

Les enfants conçus après PMA ont représenté 3,1% des enfants nés en 2014 soit 25.208 enfants, selon l'Agence qui cite des chiffres de l'Insee. Un nouveau-né sur 32 est issu d'une PMA.

Qui peut bénéficier d'une PMA?

En France, la PMA est jusqu'à présent réservée aux couples composés d'un homme et d'une femme "en âge de procréer" et qui souffrent d'une infertilité médicalement constatée ou bien qui risquent de transmettre une maladie grave à l'enfant.

Il n'y a pas d'âge limite clairement fixé pour bénéficier d'une PMA mais l'assurance maladie prend en charge (à 100%) la PMA à condition que la femme n'ait pas dépassé les 43 ans. En juin, un organe consultatif de l'Agence de la biomédecine s'était prononcé pour la fixation d'un âge limite précis, de 43 ans pour les femmes et de 60 ans pour les hommes. Cela mettrait fin au flou qui entoure la notion "en âge de procréer" et faciliterait la décision des médecins.

Que prévoit le gouvernement?

Dans son programme électoral, Emmanuel Macron s'était déclaré "favorable à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes". Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) s'est prononcé en juin pour l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Cet avis était attendu par le gouvernement pour avancer sur ce dossier. La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa a annoncé ce 12 septembre 2017 que l'ouverture à toutes les femmes serait proposée en 2018 dans le cadre d'une révision de la loi bioéthique.

Plusieurs pays en Europe autorisent la PMA pour les couples de même sexe, en particulier la Belgique et l'Espagne, deux pays souvent choisis par les Françaises ne pouvant bénéficier de PMA en France.

Un couple de chrétiens américains , Aaron et Melissa Klein , propriétaires d'une boulangerie , avaient refusé en 2013 , de faire un gateau de mariage pour un couple de lesbiennes . Ce couple avait saisi le tribunal administratif de l'Oregon pour discrimination . Ils ont gagné leur procès et le couple de chrétiens ont du leur versé une indemnité de 135000 usd qu'ils n'avaient pas , Ils ont du fermé leur boulangerie .

Toutefois , en 2014 , via les réseaux sociaux , ils ont demandé à tous ceux qui voulaient les soutenir pour leurs convictions de participer avec eux à payer cette indemnité?. Ils ont récu 375 000 usd !
 

5) La gestation pour autrui ( GPA)

a) Définition

La GPA est un procédé par lequel une femme nommé "mère porteuse", porte un enfant pour le compte d'autrui, puis s'engage à remettre l'enfant au couple demandeur, dit "parents d'intention", à l'issue de la grossesse.
La gestation pour autrui n'est pas un concept nouveau. Le livre de la Genèse (La Bible) au chapitre 16, nous raconte que Saraï, la femme d’Abraham, ne pouvait pas avoir d’enfant et elle alla voir Agar, sa servante, pour qu’aille coucher avec Abraham pour procréer un enfant. L’enfant s’appellera Ismaël. Une telle solution devait rester secrète car elle supposait une relation extérieure au couple et donc un adultère.
La « procréation pour autrui » c’est-à-dire le recours à une mère porteuse impliquant un lien génétique avec l’enfant à naître est distingué de la « gestation pour autrui » où la mère porteuse n’a aucun lien génétique avec l’enfant porté.

b) Les différents scénarios de la GPA

La GPA peut se réaliser de plusieurs manières :
1er cas : La mère porteuse est inséminée et porte un fœtus issu de l’ovocyte de la mère d’intention et du sperme du père d’intention. L’enfant à naître est donc l’enfant génétique des parents d’intention, ceux qui l’éduqueront. En fait, l’enfant aura un père génétique et deux mères, la mère gestatrice et la mère génétique d’intention.
2ème cas : Il s’agit de l’insémination de l’ovocyte d’une donneuse par le sperme du conjoint de la mère d’intention. L’enfant ne reçoit de ses parents d’intention que la filiation génétique paternelle. En revanche, on peut lui reconnaitre 3 mères : la mère biologique(donneuse d’ovocyte), la mère gestatrice ( mère porteuse ) , la mère d’intention ( l’éducatrice)
3ème cas : Celui d’un embryon issu de deux donneurs, placé en vue de gestation dans l’utérus d’une mère porteuse et devenu enfant par la naissance puis remis à ses parents d’intention. Cet enfant aura deux pères, l’un génétique et l’autre d’intention et 3 mères, génétique, gestatrice et d’intention.

c) La GPA en dehors de la France

Dans les pays où la GPA est légale, la mère porteuse ne fournit pas ses propres ovocytes mais porte l’enfant d’un couple qui a fourni ses propres embryons. La mère porteuse prend en charge le développement in utéro de l’embryon et remet l’enfant aux parents d’intention à la naissance.
La GPA est autorisée en Grande Bretagne , en Grèce, aux Pays Bas, en Israël, en Ukraine, et dans certains états des USA.

 

d) Les réflexions autour de la GPA

La réflexion sur la question de la GPA fait apparaitre différents angles d’analyse, sur le principe même d'y recourir, sur la légalité de la GPA dans le pays de nationalité des parents d’intention, sur les motivations de la mère porteuse et les obligations auxquelles elle doit se conformer pendant sa grossesse.
Les problèmes rencontrés en cas de refus d’avoir l’enfant par la mère d’intention. C’est le cas où il est identifié une maladie génétique à l’enfant qui va naitre et au désir de la mère d’intention « d’avorter » . Or c’est à la mère gestatrice de le faire et si ses convictions ne sont pas en accord , cela peut causer un conflit. Finalement , elle sera obligée de le faire , si l’éventualité avait bien été prévue dans le contrat qui lie la mère gestatrice et la mère d’intention.

e) Droit à l'enfant et droit de l'enfant

Les partisans de la GPA arguent de la détresse du couple en désir d'enfant, invoquant indirectement pour ces couples un droit à l'enfant. Mais qu'en est-il du droit de l'enfant et du respect de son vécu utérin ?
Le temps de gestation par la mère de substitution crée un lien biologique entre elle et le foetus. Et la remise de l'enfant aux parents d'intention par le principe de la GPA programme la rupture d'un enfant à naître d'avec son vécu de gestation.
La vie intra-utérine de l'enfant est ignorée et l'enfant né subira une rupture imposée de ses premiers éléments de vie de la mère porteuse, odeur, voix, chaleur, vie émotionnelle.

f) Les derniers arrêts de la loi française

Juillet 2017 : Les enfants nés à l'étranger pourront avoir deux parents légaux en France
 

 

Publié dans famille,couple

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article